La méningococcie dans les résidences des collèges et universités

La bactérie responsable de la méningococcie se propage par la salive et le mucus présents dans la bouche et dans le nez d’une personne infectée, et elle ne survit que quelques minutes à l’extérieur du corps. L’adoption de bonnes pratiques d’hygiène permet de se protéger efficacement contre de nombreuses infections.
  • Se couvrir le nez et la bouche lorsqu’on tousse ou qu’on éternue
  • Se débarrasser des mouchoirs utilisés
  • Se laver les mains
  • Éviter de partager tout objet qui entre en contact avec la bouche

Les renseignements qui suivent ont pour but d’aider les gens à évaluer les risques qu’ils courent lorsqu’ils font partie de l’entourage d’une personne atteinte de méningococcie.

Dans les résidences et les dortoirs des collèges et universités, un grand nombre de personnes vivent ensemble dans un espace restreint, ce qui les expose à un risque plus élevé de contracter une méningococcie que les étudiants logés hors campus. Ce risque est particulièrement élevé durant la première année. Comme chaque résidence est différente des autres, les responsables de la santé publique évalueront le niveau de risque et détermineront les mesures préventives à prendre en fonction de chaque situation.

Si un étudiant hébergé dans une résidence présente des symptômes de méningococcie, seuls ses contacts étroits courent le risque d'être infectés et peuvent avoir besoin d’un traitement préventif. En général, on considère comme des contacts étroits les étudiants qui ont eu un contact direct significatif avec des sécrétions provenant de la bouche ou du nez de la personne infectée, notamment dans les situations suivantes :

  • Partager un même logement
  • Partager une chose qui a été en contact avec la bouche ou la langue de la personne infectée
  • Échanger des baisers

Les contacts étroits ne présentent pas de risque pour les autres et peuvent continuer de séjourner à la résidence et de fréquenter les cours. Selon les circonstances, les responsables de la santé publique peuvent recommander d’administrer un antibiotique, un vaccin (link to vaccines page), ou les deux aux contacts étroits afin d’éviter l'apparition de nouveaux cas de méningococcie. Il n’est pas nécessaire d’administrer un traitement préventif aux amis, à la famille et aux collègues des contacts étroits.

Étant donné que l’on a observé un risque accru de contracter une méningococcie chez les étudiants de première année dans des universités américaines et britanniques, on recommande de mettre en œuvre des programmes de vaccination. Dans certains États, la vaccination est obligatoire. Au Canada, la vaccination contre l’infection à méningocoque de groupe C devrait être envisagée pour les étudiants hébergés dans des résidences ou des dortoirs. De nombreux établissements postsecondaires sont dotés d’une clinique de vaccination pour les nouveaux étudiants.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les vaccins disponibles, cliquez ici.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le traitement préventif des contacts étroits, cliquez ici.

 Index de la méningococcie dans différents milieux :

 

Nº de téléphone ou de télécopieur : (519) 746-8306
Ligne sans frais : 1 800-643-1303
Courriel : fund@meningitis.ca
Déni de responsabilité
Boîte postale 8015 R. - P.O. Parkdale
Waterloo (Ontario) N2L 6J8
Nº d’organisme de bienfaisance : 89751 8429 RR0001
Suivez-nous Suivez-nous