Méningococcie

Méningocoque (Neisseria meningitidis)

Les bactéries du groupe des méningocoques sont responsables de plusieurs infections autres que la méningite. Elles peuvent provoquer différentes formes d’empoisonnement du sang : septicémie, affection grave, et méningococcémie, forme moins grave d'infection du sang, mais également pneumonie, arthrite et autres types d'infection du cœur, de l'œil ou d'autres parties du corps.

La méningite est la forme la plus fréquente d’infection méningococcique (environ 75 %). Vient ensuite la septicémie (20 %), les autres infections représentant les 5 % restants. Les deux premières variantes sont des urgences médicales et exigent un avis médical immédiat. La septicémie est particulièrement dangereuse. Sur 20 sujets ayant contracté une méningite à méningocoques, moins d'un en meurt, alors que sur 20 sujets ayant contracté une septicémie à méningocoques, plus de huit en meurent. Chez les sujets qui subissent un choc septique (baisse de la tension artérielle ou diminution du volume sanguin circulant) avant le début du traitement, le taux de décès causés par la septicémie à méningocoques est supérieur à 60 %.

Ces deux infections sont cependant rares. Dix à 20 % des adolescents et des adultes portent des bactéries du groupe des méningocoques dans la partie postérieure du nez et de la gorge sans ressentir le moindre effet. Ce portage peut durer jusqu’à six mois. Seulement une à deux personnes sur 100 000 contractent une infection méningococcique. Au Canada, de 250 à 750 cas d’infection méningococcique sont recensés chaque année. La plupart se déclarent entre décembre et avril. Les enfants de moins de 5 ans sont les sujets les plus exposés. Après eux, le groupe le plus fréquemment infecté est celui des adolescents et des adultes âgés de 15 à 24 ans. Après l’âge de 20 ans, la plus grande partie de la population a acquis une immunité naturelle et ne court plus de risque.

Les symptômes commencent de façon bénigne comme un rhume ou une grippe, par de la fièvre, des maux de tête, des malaises et des douleurs articulaires et musculaires. Ils évoluent ensuite rapidement en manifestations beaucoup plus sévères. Il convient de souligner que si la septicémie et la méningite à méningocoques partagent certains symptômes, elles différent cependant fortement l'une de l'autre.

Une personne atteinte de septicémie méningococcique ne présentera probablement pas de mal de tête, de raideur ou de douleur de la nuque. Les infections septicémiques entraînent presque toujours une éruption cutanée; une méningite infectieuse provoque parfois, mais pas toujours, une éruption cutanée. Cette éruption peut apparaître n’importe où sur le corps, mais peut ne s’observer qu’une fois la maladie déjà bien installée. Elle représente le symptôme de septicémie méningococcique le plus spécifique et le plus facile à constater, principalement parce que les lésions ne disparaissent pas sous l’effet d’une pression.

Pour vérifier la nature méningococcique d'une éruption cutanée, appuyez la face latérale d'un verre incolore contre les taches cutanées. Si la rougeur ne disparaît pas sous l’effet de la pression, l’éruption est probablement d'origine méningococcique. Il convient de garder à l’esprit que la rougeur peut tout de même s’effacer au tout début de l’éruption cutanée, et qu’il est donc prudent de répéter le test du verre.

Symptômes d'une infection méningococcique Méningite Septicémie à méningocoques
Fièvre, habituellement élevée oui oui
Mains et pieds froids oui oui
Somnolence/trouble de la conscience oui        oui
Irritabilité, susceptibilité, agitation oui oui
Maux de tête intenses oui oui
Vomissements oui oui
Raideur de la nuque oui  non 
Douleurs déclenchées par les mouvements de la tête oui non 
Éruption pas toujours présente  oui 
Respiration rapide  rarement oui
Douleurs musculaires, articulaires et abdominales rarement oui

Éruption au début


Éruption à un stade plus avancé


Les bactéries du groupe des méningocoques se répandent par contact direct avec les sécrétions du nez et de la gorge. Comme elles sont très fragiles à l’extérieur de l’organisme, leur dissémination d'un porteur infecté à une autre personne exige un contact physique étroit et direct, p. ex. par un baiser, un accès de toux ou un éternuement. Elles se transmettent aussi par la salive. Toute utilisation en commun d'un objet entrant en contact avec la bouche peut faire passer les bactéries d'une personne à l'autre (p. ex., embouchures d’instruments musicaux, verres à boire, rouge à lèvres, couverts, jouets).

Une personne infectée peut transmettre l’infection au cours des 7 jours précédant l’apparition de la maladie et pendant la première journée de son traitement par antibiotiques. La plupart du temps, l’infection se transmet par contact avec un porteur sain plutôt qu’avec un sujet ayant contracté une infection méningococcique.

Le traitement fait appel à des antibiotiques, habituellement la pénicilline. D’autres antibiotiques peuvent être administrés pour protéger les individus entrés en contact avec un cas de maladie méningococcique. Il existe des vaccins efficaces pour contrer certaines variantes de la maladie méningococcique.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le traitement préventif des contacts étroits, cliquez ici.

Nº de téléphone ou de télécopieur : (519) 746-8306
Ligne sans frais : 1 800-643-1303
Courriel : fund@meningitis.ca
Déni de responsabilité
Prendre connaissance du déni de responsabilité
Boîte postale 8015 R. - P.O. Parkdale
Waterloo (Ontario) N2L 6J8
Nº d’organisme de bienfaisance : 89751 8429 RR0001
Suivez-nous Suivez-nous